“L’Abeille” de Paul Valéry

Paul Valéry croit que la poésie possède un pouvoir émotionnel qui peut être presque magique. Pour lui, un poème parfait ressemble à une formule magique, et le sens logique d’un poème n’a pas beaucoup d’importance. En fait, il a donné à un de ses recueils de poésie le nom « Charmes ».

1 – Poème

” L’ABEILLE ”

Quelle, et si fine, et si mortelle,
Que soit ta pointe, blonde abeille,
Je n’ai, sur ma tendre corbeille,
Jeté qu’un songe de dentelle.

[poetry-adblock]Pique du sein la gourde belle
Sur qui l’Amour meurt ou sommeille,
Qu’un peu de moi même vermeille
Vienne à la chair ronde et rebelle !

J’ai grand besoin d’un prompt tourment :
Un mal vif et bien terminé
Vaut mieux qu’un supplice dormant !

Soit donc mon sens illuminé
Par cette infime alerte d’or
Sans qui l’Amour meurt ou s’endort !

2 – Traduction

Whatever, and so fine, and so deadly,
is your sting, blond bee
I have on my tender basket,
Only thrown a dream lace.

[adblock]So prick with your breast this gorgeous gourd
On which love dies or sleeps,
So that a little bit of my scarlet self,
will come to the round and rebellious flesh!

I am in deep need of a prompt torment
A bright and well defined pain
Is better than a everlasting punishment!

So my sense be illuminated
By this tiny gold alert
Without which love dies or falls asleep!