Paris to Fontainebleau – My French Train Adventure

Kate and her husband Tom decide to leave Paris for a day. Taking the train to Fontainebleau seems easy enough… Or is-it? Follow their adventure and practice your French with this bilingual French English story.

1- Fontainebleau – A Great Day Trip From Paris

Use the floating orange button in the bottom right to hide/reveal the English translations on this page.
Hide/Reveal Translation
Pendant nos vacances en octobre à Paris, mon mari Tom et moi avons décidé de faire un petit détour à Fontainebleau. Pourquoi pas ? Notre hôtel à Paris était complet ce samedi soir, donc nous avions besoin de dormir quelque part ! Fontainebleau est tout près de Paris, et les trains partent toutes les 50 minutes. Et, chose plus importante, nous savions qu’il y avait à Fontainebleau un château vraiment magnifique de la Renaissance et de l’ère de François Ier.

During our vacation this October in Paris, my husband Tom and I decided to make a little detour to Fontainebleau. Why not? Our Paris hotel was full on that Saturday night, so we needed to sleep somewhere! Fontainebleau is very close to Paris, and the trains leave every 50 minutes. And, most important, we knew there was in Fontainebleau a magnificent Renaissance palace from the time of Francis I.

2 – Buying a Train Ticket to Fontainebleau

Une fois arrivés à la gare de Lyon, Tom et moi avons cherché à acheter les billets. Évidemment, il n’y avait personne au guichet de la gare, et il fallait utiliser les machines automatiques. Nous en avons trouvé une, et avons commencé à taper notre destination sur le clavier. Horreur ! Un message nous a avertis qu’il n’y avait pas de départs pour Fontainebleau. Nous avions pensé que ce serait facile, mais maintenant, nous n’étions plus si sûrs.

When we got to the station, Tom and I looked for a place to buy tickets. Evidently there was no ticket booth, and so we had to use automatic machines. We found one and started to type in our destination. Oh no! A message told us there were no departures for Fontainebleau. We thought it would be easy, but now, we weren’t so sure.

Un peu désespérés, nous avons cherché un employé qui pourrait nous aider. Heureusement, il y avait un petit bureau d’information où un gentil monsieur nous a expliqué qu’il existe deux espèces de machines automatiques :

– « transilien » pour les voyages courts : c’est ce que nous devions prendre.

– « grandes lignes » pour les voyages plus longs.

Ce monsieur n’a pu ni nous vendre des tickets, ni nous montrer les machines, mais au moins nous savions que nous étions à la bonne gare.

A little desperate, we looked for an employee who could help us. Fortunately there was a small information office where a nice man explained to us that there are two kinds of automatic machines:

– “transilien” for short trips : that’s what we needed.

– “grandes lignes” for longer trips.

This man couldn’t sell us tickets or show us the machines, but at least we knew we were at the right station.

Armés de ces renseignements, nous avons trouvé les machines dont nous avions besoin, et nous avons recommencé le processus. Bravo ! La destination de Fontainebleau était reconnue, et il y avait un train qui partait dans 20 minutes. Nous étions en route !

Armed with this information, we found the machines we needed, and started the process again. Hurray! The machine recognized the destination of Fontainebleau, and there was a train leaving in 20 minutes. We were on our way!

Mais, attendez un moment : ce n’était pas si simple ! Un nouveau défi nous a arrêtés. La machine n’acceptait pas notre carte de crédit, et elle n’acceptait pas les billets, seulement la monnaie. Ça nous a rendu dingues ! Nous n’avions pas 18 euros en pièces !

But wait a minute – it wasn’t so simple! A new challenge stopped us in our tracks. The machine rejected our credit card, and it wouldn’t take bills, only coins. That made us crazy! We didn’t have 18 euros in coins!

Nous avons recommencé l’achat, mais sans succès. Pendant nos efforts, une queue se formait derrière nous, chacun attendant son propre tour. Du coup, nous avons cédé notre place pour faire la queue à une deuxième machine. Cette queue procédait lentement, et j’ai réalisé que tout le monde, même les francophones, avait du mal à faire leurs achats. Je me suis décontractée. Ce n’était pas seulement moi, c’était juste comme ça. Si tout le monde rencontrait les mêmes difficultés, alors on allait y arriver. Et oui, enfin je suis arrivée à faire mon achat, et on était même encore à temps pour attraper le prochain train.

We restarted the purchase, but without success. As we were trying, a line formed behind us, each one waiting a turn to buy. So we gave up our place to join the line at a second machine. That line moved slowly, and I realized that everyone, even the native French speakers, was having trouble buying their tickets. I relaxed. It wasn’t just me, it was just this way. If everyone had the same problems, then we’d all succeed in the end. And yes, I finally managed to make my purchase, and we were even still in time to catch the next train.

3 – Panic in the Train

Bientôt nous nous sommes installés dans le train. Enfin on pouvait respirer. Quand même j’étais crevée.

Soon we were settled in the train. Finally we could take a deep breath. But all the same I was beat.

Tout d’un coup j’ai remarqué une annonce électronique qui apparaissait toutes les trois minutes sur un écran. « Attention ! Les stations entre Melun et Montargis seront desservies par ce train. » Je connaissais le verbe « servir », mais pas le verbe « desservir ». J’ai donc conclu qu’avec le prefixe « de » devant le verbe, cela voulait dire « pas » comme beaucoup d’autres verbes français, par exemple « obéir / désobéir – habiller / déshabiller »… Quoi ? Ce train n’allait donc pas à Fontainebleau ?

Suddenly I noticed an electronic announcement that displayed every few minutes. “Attention! The stations between Melun and Montargis will not be serviced by this train.” I knew the verb “servir” (to serve) but no the verb “desservir”. I therefore conclude that with the prefix “de” in front of the verb, it meant “not” like many other French verbs, for example “obey / disobey, dess / undress”… What? After all, this train was not going to Fontainebleau ?

Il y avait beaucoup de personnes dans le train. Personne ne regardait l’annonce qui m’inquiétait, et tout le monde restait calme. Enfin je me suis approchée d’une jeune femme.

– « Pardonnez-moi, Madame, mais est-ce que ce train s’arrête à Fontainebleau ? »

– « Mais oui, Madame, il y aura deux arrêts avant le vôtre. »

There were many people on the train. No one paid attention to the announcement that worried me, and everyone stayed calm. Finally I went up to a young woman.

– “Excuse me, ma’am, but does this train stop at Fontainebleau?”

– “Oh yes, ma’am, there will be two stops before yours.”

L’annonce continuait à s’afficher. Je m’inquiétais toujours. Enfin je me suis approchée d’une deuxième femme.

– « Pardonnez-moi, Madame, mais croyez-vous à cette annonce ? »

– « Oh Madame, il n’y a pas de problème ! Ne vous inquiétez vous pas ! »

The announcement continued to display. I was still worried. Finally I approached a second woman.

– “Excuse me, ma’am, but do you believe this announcement?”

– « Oh ma’am, there is no problem ! You don’t need to worry ! »

Je n’ai réalisé que beaucoup plus tard que j’étais victime d’un gros malentendu. Le mot « desservir » est ce qu’on appelle un faux ami. En cas de transport, « desservir » veut dire « servir » – le train ira donc dans ces gares. L’annonce n’était pas la mise en garde que je craignait.

I only realized much later that I fell victim to a major misunderstanding. The word “desservir” is what’s called a false friend. When used for transportation, it means “to serve” – the train will indeed go to these stations. The announcement was not the warning that I feared.

4 – No Taxi

Et en fait nous sommes arrivés à la gare à l’heure. Ouf!
Alors nous avons été confrontés à un dernier défi : c’était une gare sans un seul taxi à l’horizon ! Un bus est arrivé.

– « Bonjour Monsieur. Est-ce que vous pouvez  nous conduire à l’Hôtel de Londres au centre-ville ? »

– « Bien sûr, Madame, montez ! »

And in fact we arrived at the station on time. What a relief!
Then we were confronted with a final challenge: it was a station without a single taxi in sight! A bus arrived.

– “Morning Sir. Can you take us to the Hotel de Londres in the center of town?”

– “Certainly, ma’am! Come on board ! »

Le bus était gratuit, mais il ne nous a pas conduits au centre-ville. Nous nous trouvions dans une gare routière, sans taxis et avec un bureau fermé pour le week-end. Mais voilà, nous avons vu un numéro de téléphone pour les taxis. Tom a appelé. Bravo, Tom ! Il a fait sa demande en français, et il a été rassuré qu’un taxi allait arriver d’un instant à l’autre.

The bus was free, but it didn’t take us to the center of town. We found ourselves in a bus station, without a taxi, and with the office closed for the weekend. But look, we found a telephone number for a taxi service. Tom called. Bravo, Tom! He asked for a taxi in French, and was assured that one would arrive right away.

Après 15 minutes, rien n’est apparu sauf un bus.

– « Bonjour Monsieur, est-ce que vous pouvez nous conduire à l’Hôtel de Londres ? »

– « Bien sûr, madame ! Ça fera deux euros chacun. »

– « Merci, monsieur. Voilà un billet dix. »

– « Je n’ai aucune monnaie, madame. Je ne peux pas accepter votre billet. »

After 15 minutes, nothing appeared but a bus.

– “Hello Sir, can you take us to the Hotel de Londres?”

– “Certainly, ma’am! That’s two euros apiece.”

– “Thank you, sir. Here’s a ten euro note.”

– “I have no change, ma’am. I can’t accept your money.”

Que faire ? Tandis que nous pensions à l’idée de surpayer la route, notre taxi est enfin arrivé. Pour les mêmes dix euros, nous avons été transportés directement à notre hôtel, et le conducteur nous a aidés avec nos bagages.

What should we do? While we thought about overpaying for the bus ride, our taxi finally arrived. For the same ten euros, we were taken directly to our hotel, and the driver helped us with our baggage.

Tout est bien qui fini bien. Enfin le séjour pouvait commencer.

Everything worked out well. Finally our visit was beginning.

fontainebleau bilingual story

5 – Fontainebleau Castle = Well Worth It!

Notre chambre donnait sur le château. Quelle vue magique ! Après une sieste bien méritée, nous avons fait un tour. Tout était absolument magnifique ! Nous avons commencé par une promenade dans les jardins, où nous étions presque seuls dans un lieu beau et tranquille. Nous nous sentions bien.

Our room looked out on the chateau. What a magical view! After a well-deserved rest, we took a tour. Everything was simply magnificent! We began with a walk in the gardens, where we were almost alone in a beautiful and peaceful place. We felt good

Après une heure, nous nous sommes inscrits dans un tour guidé du château. Nous avons profité de la connaissance de la guide, qui a raconté (en français) l’histoire du bâtiment et des événements qui s’y sont passés.

After an hour we enrolled in a guided tour of the chateau. We learned from the knowledgeable guide, who told us (in French) the history of the building and events that took place there.

Nous avons vraiment apprécié Fontainebleau, qui est plus simple et serein que Versailles. C’était une visite bien choisie.

We truly appreciated Fontainebleau, which is simpler and more serene than Versailles. It was a well-chosen visit.

Alors, après tout, nous avons profité d’un bon séjour qui valait absolument la peine.

So, in the end, we enjoyed a good outing that was absolutely worth the trouble.